Tous les droits humains sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés.
logo
Liste d’envoi

Événements

Lancement de la revue de la LDL à Gatineau le 30 janvier

20 décembre 2018

La Ligue des droits et libertés (LDL) et la Fondation Léo-Cormier vous invitent au lancement du dernier numéro de la revue Droits et libertés: «La police au Québec : Intouchable?». Pour l’occasion, nous organisons deux lancements: un à Gatineau et … Lire la suite

Publié dans Actions, Événements

10e soirée bénéfice la LDL le 7 février

26 novembre 2018

Pour sa 10e soirée bénéfice la LDL s’associe avec l’équipe des Cabarets Pyjama Littéraire et vous convie à une soirée où la présentation de textes engagés sera mis à l’honneur : contes, poésies, théâtre…   Artistes invités : Victoria Doyon , … Lire la suite

Publié dans Actions, Événements

Rien à afficher

Nouvelles

La liberté d’expression: pour tout le monde?

20 décembre 2018

Nous observons actuellement une montée des discours raciste, anti-immigration, islamophobe et autres en dissonance avec le respect des droits humains. Lorsque critiqués, les porteurs de ces discours brandissent souvent leur liberté d’expression comme bouclier. Dans la foulée, diverses controverses, comme … Lire la suite

Publié dans Nouvelles, Vidéos

La police au Québec, intouchable?

17 décembre 2018

Il nous fait plaisir de vous annoncer la sortie du dernier numéro de la revue Droits et libertés, dont le dossier principal porte sur les pratiques et la culture policières. Au fil des dernières années, nous avons été témoins à … Lire la suite

Publié dans Nouvelles, Revue LDL

Voir toutes les nouvelles

La Ligue des droits et libertés se réjouit du retrait des accusations et maintient sa demande d’abrogation de P-6

25 février 2015

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

 

Montréal, le 25 février 2015 La Ligue des droits et libertés (LDL) se réjouit de l’annonce faite par la Ville de Montréal de retirer les accusations pour les constats d’infractions remis en vertu de P-6 à plusieurs centaines de manifestant-e-s depuis 2012. À cette occasion, la LDL réitère sa demande visant l’abrogation de ce règlement municipal « qui a, depuis son origine en 1969, été à juste titre désigné comme le « règlement anti-manif » de la Ville de Montréal », indique Me Denis Barrette, militant et porte-parole de la LDL.

La LDL rappelle que c’est à la demande du directeur du service de la police de Montréal de l’époque, J.-P. Gilbert, qui se plaignait qu’il y aurait trop de manifestations à Montréal, que l’administration Drapeau-Saulnier a convenu de confier aux forces policières des pouvoirs extraordinaires afin de contrôler et d’interdire les manifestations dans la ville. « Le jour même de l’adoption du règlement, le 12 novembre 1969, le Comité exécutif décrétait, en vertu de l’article 5 du règlement, une ordonnance d’interdiction de manifestation jusqu’au 13 décembre suivant. C’est sans relâche depuis que la LDL demande son abrogation puisque dans son ensemble, ce règlement contrevient aux libertés d’association, d’expression et de réunion pacifique en plus d’occasionner des abus lors d’arrestations de masse », affirme Me Barrette.

Plus particulièrement en ce qui concerne les dispositions portant sur l’itinéraire et l’interdiction du port de masques, et contrairement ce que d’aucuns avancent sur ce point pour justifier le bien-fondé du règlement P-6, la LDL considère que P-6 ne permet pas de prévenir les méfaits lors des  manifestations et rappelle qu’il existe déjà des infractions prévues au Code criminel à ce sujet.

« De plus,  ajoute Nicole Filion, coordonnatrice de la LDL, les débats judiciaires entourant l’application de l’article 500.1 du Code de la sécurité routière dans le cadre de manifestations n’ont jamais permis de démontrer que l’absence d’itinéraire empêchait les forces policières d’assurer la sécurité des manifestant-e-s et du public. En fait, toutes ces dispositions législatives, que ce soit P-6 ou l’article 500.1 du Code de sécurité routière, sont des outils aux mains des forces policières visant à mettre fin à des manifestations plutôt qu’à éviter la commission d’infractions criminelles ».

« Alors que s’annonce la tenue de plusieurs manifestations, la LDL estime qu’il est impératif que les élu-e-s lancent un message clair à l’effet que la liberté d’expression et le droit de manifester son opposition aux politiques d’austérité sont protégés par les chartes et que ce n’est par des arrestations massives que l’on favorisera le véritable débat démocratique sur nos enjeux de sociétés », conclut Nicole Filion.

À propos de la Ligue des droits et libertés

La LDL est un organisme à but non lucratif, indépendant et non partisan, issu de la société civile québécoise et affilié à la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). Depuis plus de 50 ans, elle milite en faveur de la défense et de la promotion de tous les droits humains reconnus par la Charte internationale des droits de l’homme.

 

 

            -30-

 

Pour informations et entrevues :

Lysiane Roch, responsable des communications
514-715-7727

 

Publié dans Communiqués

Conception: Coopérative Molotov