Tous les droits humains sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés.
logo
Liste d’envoi

Événements

Lancement de la revue de la LDL à Gatineau le 30 janvier

20 décembre 2018

La Ligue des droits et libertés (LDL) et la Fondation Léo-Cormier vous invitent au lancement du dernier numéro de la revue Droits et libertés: «La police au Québec : Intouchable?». Pour l’occasion, nous organisons deux lancements: un à Gatineau et … Lire la suite

Publié dans Actions, Événements

10e soirée bénéfice la LDL le 7 février

26 novembre 2018

Pour sa 10e soirée bénéfice la LDL s’associe avec l’équipe des Cabarets Pyjama Littéraire et vous convie à une soirée où la présentation de textes engagés sera mis à l’honneur : contes, poésies, théâtre…   Artistes invités : Victoria Doyon , … Lire la suite

Publié dans Actions, Événements

Rien à afficher

Nouvelles

La liberté d’expression: pour tout le monde?

20 décembre 2018

Nous observons actuellement une montée des discours raciste, anti-immigration, islamophobe et autres en dissonance avec le respect des droits humains. Lorsque critiqués, les porteurs de ces discours brandissent souvent leur liberté d’expression comme bouclier. Dans la foulée, diverses controverses, comme … Lire la suite

Publié dans Nouvelles, Vidéos

La police au Québec, intouchable?

17 décembre 2018

Il nous fait plaisir de vous annoncer la sortie du dernier numéro de la revue Droits et libertés, dont le dossier principal porte sur les pratiques et la culture policières. Au fil des dernières années, nous avons été témoins à … Lire la suite

Publié dans Nouvelles, Revue LDL

Voir toutes les nouvelles

PL70: un projet de loi discriminatoire fondé sur des préjugés

2 février 2016

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

 

Montréal, le 2 février 2016 – Dans son mémoire qu’elle rend public aujourd’hui, la Ligue des droits et libertés (LDL) exige le retrait du projet de loi 70 « visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi et à favoriser l’intégration en emploi ». Elle affirme que le projet de loi s’appuie sur de fausses prémisses et qu’il vise à discipliner les prestataires face au marché du travail aux dépens du droit à un travail librement choisi et au droit à un revenu suffisant.

Le projet de loi prévoit un Programme objectif emploi afin d’élaborer pour chaque nouveau demandeur au programme du dernier recours (aide sociale) un plan d’intégration à l’emploi. Ce programme est conditionnel à l’obligation d’accepter tout « emploi convenable », sous peine de se voir imposer une réduction du montant de sa prestation. LDL déplore cette approche punitive qui porte atteinte aux droits des bénéficiaires actuels et futurs de la sécurité du revenu.

« Il est difficile de voir autre chose dans le projet de loi 70 qu’un déni du droit à l’aide de dernier recours pour les primo demandeurs, affirme Lucie Lamarche, porte-parole de la LDL. Les primo demandeurs sont aussi privés, comme groupe ciblé, du droit au travail librement choisi. Ce projet de loi est ainsi nettement discriminatoire et soumet à davantage de précarité des personnes qui, comme le révèlent les données du Ministère, ont souvent un lien déjà précaire au marché du travail.».

Or, le Québec a adhéré au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), qui reconnaît le « droit au travail, qui comprend le droit qu’a toute personne d’obtenir la possibilité de gagner sa vie par un travail librement choisi ou accepté ». Le PIDESC reconnaît également « le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu’à une amélioration constante de ses conditions d’existence ».

La disparition prévue d’Emploi Québec inquiète elle aussi la LDL. En effet, cet organisme répond à l’exigence posée historiquement par l’Organisation internationale du travail (OIT) de maintenir au sein de l’État membre des services publics de l’emploi. « Les services publics de l’emploi visent entre autres à garantir, dans le déploiement de l’offre d’emploi, le respect des droits du et au travail, dont la liberté fondamentale de choisir librement un emploi », explique Lucie Lamarche.

La LDL s’indigne des fausses prémisses sur lesquelles s’appuie le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale pour justifier la nature de son projet de loi. En effet, le ministre Hamad a affirmé qu’il fallait briser le cycle de pauvreté, surtout s’il s’agit de jeunes aptes à travailler. Or, les données relatives au profil des prestataires de la sécurité du revenu au Québec, à l’évolution des inégalités de revenus ainsi que la nature des difficultés rencontrées par certain-e-s prestataires dans leurs démarches pour intégrer le marché du travail démontrent que ces prémisses s’avèrent sans fondement. Ces données confirment plutôt la complexité de la situation dans laquelle se trouvent les personnes qui doivent avoir recours à cette aide « de dernier recours ». « Le ministre devrait élaborer des stratégies qui tiennent compte de cette complexité plutôt que de se livrer à une lutte à l’égard des prestataires de l’aide sociale qui s’avère finalement idéologique et qui repose sur la mise en place de mesures discriminatoires portant atteinte aux droits humains », conclut Lucie Lamarche.

À propos de la Ligue des droits et libertés

La LDL est un organisme à but non lucratif, indépendant et non partisan, issu de la société civile québécoise et affilié à la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). Depuis plus de 50 ans, elle milite en faveur de la défense et de la promotion de tous les droits humains reconnus par la Charte internationale des droits de l’homme.

 

-30-

 

Pour informations et entrevues :

Lysiane Roch, responsable des communications

514-715-7727

Publié dans Communiqués

Conception: Coopérative Molotov