Luttes en cours

La Ligue des droits et libertés intervient au niveau national pour défendre l’ensemble des droits reconnus dans laDéclaration universelle des droits de l’homme, tant économiques, sociaux et culturels que civils et politiques.

La Ligue des droits et libertés intervient au niveau national pour défendre l’ensemble des droits reconnus dans laDéclaration universelle des droits de l’homme, tant économiques, sociaux et culturels que civils et politiques. Elle exige des gouvernements qu’ils rendent ces droits effectifs et qu’ils respectent les engagements qu’ils ont pris lorsqu’ils ont ratifié les différents pactes et conventions internationales.

Depuis le 11 septembre 2001, la Ligue intervient pour informer la population et faire pression auprès des gouvernements pour qu’ils retirent les mesures liberticides mises en place au nom de la soi-disant « guerre au terrorisme ». La Ligue demande le retrait de la Loi antiterroriste ainsi que l’abolition des certificats de sécurité et de la liste noire des passagers aériens. Nous demandons que le gouvernement fédéral renonce à son projet de surveillance des communications de la population, en particulier de l’Internet, connu sous le nom d’Accès licite. La Ligue défend la liberté d’expression et le droit de manifester et exige une loi contre les poursuites-bâillons(SLAPP). Nous demandons également un moratoire sur l’utilisation du pistolet Taser par les forces policières.

En matière de droits économiques, sociaux et culturels (DESC) la Ligue demande des gouvernements qu’ils accordent la même reconnaissance à ces droits qu’aux droits civils et politiques et s’oppose à toute hiérarchisation des droits. C’est dans cette perspective que la Ligue est intervenue devant la Commission Bouchard-Taylor et lors du débat sur l’égalité des femmes. Pour la Ligue l’égalité réelle pour tous et toutes passe par la pleine reconnaissance des DESC. Nous demandons également une réforme du régime d’aide juridique afin que tous puissent avoir accès à la justice.

La politique canadienne en matière d’immigration viole le principe de l’universalité des droits en créant de multiples catégories de personnes dont les droits sont bafoués. La Ligue demande une réforme en profondeur de cette politique afin que toutes les personnes vivant sur le territoire canadien puissent jouir des droits universellement reconnus.