Droits des peuples autochtones

La méconnaissance de la situation marquée par le colonialisme et le racisme dans laquelle continuent d’évoluer les peuples autochtones du Canada n’est pas sans conséquences sur les liens de solidarité qui sont essentiels à développer pour soutenir leur lutte dans la reconnaissance de leurs droits.

30 septembre 2021

Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

La #JNVR est un moment important pour rappeler le gouvernement québécois à ses engagements, mais surtout à ses obligations, dont celles contenues dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Décolonisation

La méconnaissance de la situation marquée par le colonialisme et le racisme dans laquelle continuent d’évoluer les peuples autochtones du Canada n’est pas sans conséquences sur les liens de solidarité.

La LDL souhaite contribuer au développement des solidarités et fournir un certain nombre de repères permettant de mieux comprendre la situation.

Lire le dossier

Les appuis de la LDL aux luttes des peuples autochtones

Visionnez la capsule  avec Rémi Savard et Pierre Lepage

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (version simplifiée)

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

À lire! Une version simplifiée de la Déclaration produite par Amnistie Internationale, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et Mikana. Cliquez ici.

Lignes directrices sur les droits des peuples autochtones

En 2015, la Ligue des droits et libertés (LDL) a adopté des lignes directices sur les droits des peuples autochtones.  Ces énoncés de principes visent à guider les prises de positions de la LDL sur les enjeux concernant les droits des Peuples autochtones.

Elle reconnaît les peuples autochtones du Canada comme étant ses premiers habitants.

La LDL reconnaît que les peuples autochtones du Canada continuent d’évoluer dans un cadre marqué par le colonialisme et le racisme autant sur le plan individuel que structurel.

La LDL reconnaît que les non-Autochtones participent à perpétuer ce rapport colonial qui entraîne des violations des droits des Autochtones.

La LDL considère que la reconnaissance et le respect du droit à l’autodétermination des peuples autochtones sont incontournables pour sortir du rapport colonial qu’entretiennent les États canadien et québécois.

La LDL reconnaît que les peuples autochtones ne pourront exercer pleinement leur droit à l’autodétermination tant que les États canadien et québécois ne reconnaîtront pas les titres ancestraux sur les territoires non cédés et occupés par les Autochtones.

La LDL reconnaît que les Autochtones vivant en milieu urbain font face à des défis spécifiques, notamment en matière d’itinérance, de logement, de pauvreté, d’emploi et de reconnaissance de leurs droits à titre d’Autochtones.

La LDL s’engage à:

  1. Contribuer à l’éducation et à la sensibilisation en informant la population,et particulièrement les membres de la LDL, des obstacles historiques et actuels auxquels sont confrontés les peuples autochtones.
  2. Intervenir auprès de l’État et des non-Autochtones pour dénoncer le colonialisme, le racisme,et la violation des droits des Autochtones,ainsi que pour soutenir la reconnaissance et le respect des droits des Autochtones,tels qu’inscrits dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, particulièrement celui à l’autodétermination mais sans jamais perdre de vue l’interdépendance des différents droits.
  3. Reconnaître et honorer adéquatement les territoires non cédés par les peuples autochtones locaux, et occupés par les non-Autochtones.
  4. Contribuer à la connaissance réciproque de nos peuples, à l’enrichissement du dialogue et aux efforts nécessaires afin d’établir des relations respectueuses d’égal à égal avec les peuples autochtones, permettant ainsi de s’informer des questions d’intérêt commun et de discuter des stratégies et solutions possibles.

Nos actions,
depuis plus de 40 ans

La LDL milite pour la reconnaissance et le respect des droits des peuples autochtones. Elle intervient publiquement pour sensibiliser la population québécoise aux droits des peuples autochtones, dont au droit à l’autodétermination, et dénoncer le racisme les prenant pour cible.

La LDL s’est joint à la Coalition pour les droits des peuples autochtones qui veille au respect et à la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones par le Canada et le Québec.


1977
Mise sur pied par la LDL du Comité d'appui aux nations autochtones (CANA) pour l'autodétermination des peuples autochtones;

1978
Interventions pour une enquête publique suite au décès de deux Montagnais sur la rivière Moisie;

1980
Vaste campagne de sensibilisation Les autochtones et Nous: Vivre ensemble;

1990
La LDL intervient à plusieurs reprises lors de la Crise d’Oka et organise d’urgence une mission d’observateurs européens de la FIDH;

1995
La LDL représente la FIDH à Genève pour l’étude du projet de la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones;

2010
Colloque Profilage discriminatoire dans l’espace public;

2014
Publications diverses en faveur du droit d’accès à l’eau et contre les projets d’hydrocarbures ainsi que le Plan Nord;

2015
Adoption des lignes directrices sur les droits des peuples autochtones;

2016
Implication dans le dossier Val d’Or : agressions sexuelles de policiers dénoncées par les femmes autochtones;

2017
Présentation d'un mémoire à la Commission Viens;
Publication de la brochure Le racisme systémique…Parlons-en!;

2018
Soirée publique pour souligner la victoire Atikamekw en protection de la jeunesse.

2019
Production par la LDL de la capsule Le racisme systémique... parlons-en!

couv-plus-aucun-enfant-autochtone-arrache-temp

Une série de conférences virtuelles
Le colonialisme médical

Nos publications

Pour le respect du droit à l’autodétermination des peuples autochtones : Décolonisation de la santé

L’article fait appel au droit constitutionnel et aux droits de la personne pour fonder un droit autochtone à la santé ; il conclut à l’existence de ce droit, qui pourrait être affirmé et mis en œuvre.

Communiqué : Rapport du Groupe d’action contre le racisme – Loin de la « Tolérance zéro » !

Le Groupe d’action contre le racisme rate une bonne partie de sa cible en se concentrant sur des mesures à la pièce et en manquant de vision globale.