Introduction

Conflit étudiant: Judiciarisation, répression et atteinte au droit d’association et à la liberté d’expression

Conflit étudiant: Judiciarisation, répression et atteinte au droit d’association et à la liberté d’expression

La grève étudiante est entrée dans une phase critique. Pour la Ligue des droits et libertés, les interventions des autorités ces derniers jours soulèvent des questions fort préoccupantes et ont donné lieu à des violations des droits et libertés.

La stratégie gouvernementale encourage la judiciarisation du conflit et l’utilisation des tribunaux pour brimer le droit de grève des étudiants. En ayant recours aux injonctions, les autorités refusent de reconnaître les décisions prises démocratiquement par les instances des associations étudiantes et portent ainsi atteinte à la liberté d’association.

Plutôt que d’être à l’écoute des étudiants et de favoriser la négociation de bonne foi, le gouvernement et les autorités des institutions d’enseignement optent pour la répression. Nous assistons à l’emploi, par les forces policières, de techniques de contrôle de foule condamnées par le Comité des droits de l’Homme: encerclement et arrestation massive (comme en Outaouais), utilisation d’armes chimiques tel le poivre de Cayenne et les gaz irritants. Même des professeurs se font intimider par des agents de sécurité, comme à l’Université de Montréal.

De plus, la décision de recourir de plus en plus fréquemment au Code de la sécurité routière pour mettre fin à diverses manifestations porte atteinte au droit de manifester. Nous avons été informés que des policiers empêchent systématiquement l’accès à l’université à ceux qui portent un carré rouge: il s’agit là d’une pratique de profilage politique qui porte atteinte à la liberté d’expression et d’opinion.

Pour Dominique Peschard, président de la Ligue des droits et libertés, «la répression actuelle porte directement atteinte au droit d’association et à la liberté d’expression». La lutte étudiante rappelle le Québec à l’ordre face à ses obligations en matière de droit à l’éducation et nous rappelle que nous avons aussi, tous et toutes, l’obligation de défendre et de promouvoir ce droit dans l’espace public.