Les cinq priorités de la LDL en 2019-2020 :

Droits économiques, sociaux
et culturels

Environnement et droits humains

Laïcité de l'État et droits humains

Liberté d'expression, droit de manifester et profilage politique

Racisme
et exclusion sociale

Nouveau numéro

L'espace public... pour qui?

  • Capitalisme numérique
  • Désobéissance civile et droits humains
  • Enfants et liberté d'expression

Lancement du guide

Le droit de manifester au Québec.
Les règlements municipaux sous la loupe.

Ce guide analyse les principales entraves au droit de manifester contenues dans les règlements municipaux au Québec et dans les directives d’application de ceux-ci.

MONTRÉAL : 4 février 2020 au Birra Bar
QUÉBEC : 24 février 2020 (lieu à confirmer)

Aucune description de photo disponible.

Capsule vidéo
Le racisme systémique, parlons-en!

Pour mieux comprendre le racisme systémique et devenir un-e allié-e.

Présentation du dossier L’espace public… pour qui?

L’idée d’espace public se comprend généralement en opposition à ce qui relève du privé (propriété privée, vie sexuelle, etc.). En réalité, la notion d’espace public va beaucoup plus loin que laisse entendre cette dichotomie ; c’est là que s’exerce la démocratie. Elle implique les moyens et les droits qui permettent aux individus de rendre visibles leurs interactions sociales et d’être des membres à part entière de leur société.


La LDL considère le racisme comme un problème structurel, auquel il nous faut apporter des réponses du même ordre. Elle apporte son soutien aux luttes contre le racisme, en tenant compte de son caractère systémique. L'opinion publique, les institutions et les décideurs doivent être alertés sur les causes structurelles du racisme.


Nous dénonçons les nombreuses atteintes à la liberté d’expression et au droit de manifester au Québec et au Canada.
Nos interventions visent à réhabiliter dans l’espace public le droit d’exercer ces libertés civiles essentielles à la démocratie.

Un gain important pour le droit de manifester!

L'abrogation du règlement P-6 qui limite le droit de manifester, annoncée par la Ville de Montréal, fait partie de ces luttes que la LDL mène, jour après jour, année après année.

Pour que la LDL puisse poursuivre les luttes pour les droits humains, votre soutien financier est essentiel!

La LDL est solidaire des luttes pour le respect des droits économiques, sociaux et culturels (DESC) de tout le monde. Elle milite pour que les gouvernements prennent leurs responsabilités dans la réalisation de ces droits. La LDL s’appuie sur le principe de l’interdépendance des droits, qui affirme que l’ensemble des DESC ainsi que des droits civils et politiques sont indivisibles, interdépendants et intimement liés.

La laïcité s’est imposée progressivement comme une caractéristique des États modernes, avant même que le terme n’entre dans le vocabulaire courant, à la fin du 19ième siècle. Elle correspond à une transformation selon laquelle l’État tire sa légitimité du peuple et non de Dieu. En affranchissant l’État de tout lien avec les religions, la laïcité garantit que les citoyen-ne-s seront traités en toute égalité, indépendamment de leurs croyances ou de leur non-croyance. Cette neutralité de l’État face aux religions est une condition nécessaire au respect des libertés de conscience, d’expression et d’association, qui sont essentielles à la démocratie.

loi_21_contre_20191125

Par ses interventions publiques et ses activités de réflexion et de sensibilisation, la LDL cherche à démontrer que la protection de l’environnement et celles des droits humains sont indissociables. La LDL est solidaire des luttes contre des projets qui menacent l’environnement et réclame aussi la prise en compte des enjeux de droits humains dans la recherche de solutions et d’alternatives, ainsi que le respect des droits démocratiques dans les processus de prise de décision en environnement.

Au coeur des luttes

La fondation en 1963 de la Ligue des droits de l’homme est à l’origine d’un vaste mouvement social qui marquera de son empreinte l’évolution de la société québécoise. En 1978, l’organisme change de nom pour devenir la Ligue des droits et libertés (LDL).

Les actions de la LDL ont influencé plusieurs politiques gouvernementales et ont contribué à la création d’institutions vouées à la défense et à la promotion des droits de la personne.