Introduction

Éclosions de COVID-19 dans les centres de détention – Des mesures immédiates s’imposent

Les conditions de détention, l’isolement prolongé et l’insuffisance des protections sanitaires portent atteinte aux droits des personnes incarcérées.

Éclosions de COVID-19 dans les centres de détention – Des mesures immédiates s’imposent

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Montréal, le 18 février 2021 – Avec les récentes éclosions de la COVID-19, la Ligue des droits et libertés (LDL) dénonce la dégradation importante des conditions de détention dans les prisons au Québec et la gestion de la pandémie par les autorités concernées.

En date du 17 février 2021, au seul Établissement de détention de Montréal (Bordeaux), 129 détenus étaient infectés ayant pour conséquences un confinement strict en cellule de certains secteurs imposé aux détenus depuis plusieurs jours, voire semaines, sans visite, sans douche, sans occupation. À Bordeaux, à Rivière-des-Prairies et probablement ailleurs, les auditions à la Cour se font par visioconférence parfois à partir du vestiaire de la prison ou des douches.

« Nous aurions cru que le gouvernement Legault, le ministère de la Sécurité publique, la Santé publique et les directions des centres de détention auraient appris des erreurs commises durant la 1ère vague. Nous constatons que cela ne semble pas être le cas. Actuellement, les conditions de détention, l’isolement prolongé et l’insuffisance des protections sanitaires portent atteinte aux droits des personnes incarcérées », affirme Lucie Lemonde, porte-parole de la LDL.

Au printemps dernier, la LDL soutenait que la seule solution pour enrayer la propagation de la COVID-19 dans les lieux de détention était la réduction de la population carcérale et la libération des certaines catégories de personnes détenues pour permettre une plus grande distanciation sociale. « Peu de mesures ont été prises en ce sens. Il faut aujourd’hui accélérer la cadence », ajoute Mme Lemonde.

La LDL réitère deux autres demandes au gouvernement, soit celle d’agir avec une réelle transparence dans ses communications avec les détenu-e-s, les familles et la population et celle d’assurer le respect des mesures sanitaires et le respect des droits des personnes touchées.

-30-

À propos de la Ligue des droits et libertés

La LDL est un organisme sans but lucratif, indépendant et non partisan, issu de la société civile québécoise et affilié à la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH). Depuis plus de 50 ans, elle milite en faveur de la défense et de la promotion de tous les droits humains reconnus par la Charte internationale des droits de l’homme.

Pour informations et entrevues
Elisabeth Dupuis, Responsable des communications
C : 514-715-7727