Tous les droits humains sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés
logo
Liste d’envoi

Événements

Rien à afficher

Rien à afficher

Nouvelles

Personne racisée ou racialisée

26 mars 2019

Racisée : Personne qui appartient, de manière réelle ou supposée, à un des groupes ayant subi un processus de racisation. La racisation est un processus politique, social et mental d’altérisation. Notons que, les « races » et les groupes dits « raciaux » ou … Lire la suite

Publié dans Nouvelles

Privilège blanc

25 mars 2019

Avantages invisibles mais systématiques dont bénéficient les personnes dites « Blanches » uniquement parce qu’elles sont « Blanches ». La blanchité permet de tirer avantage involontairement, voire inconsciemment, du fait que d’autres personnes soient racisées et donc discriminées. « On peut le nier, l’ignorer ou … Lire la suite

Publié dans Nouvelles

Voir toutes les nouvelles

Certificats de sécurité

La Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR) permet aux ministres de la Sécurité publique et de l’Immigration de déposer à la Cour fédérale un certificat attestant qu’un résident permanent ou qu’un étranger est interdit de territoire pour raison de sécurité ou pour atteinte aux droits humains ou internationaux, grande criminalité ou criminalité organisée.

  • La personne visée par le certificat ne connaît pas la « preuve » contre elle.
  • Cette « preuve » peut être fondée sur des éléments qui ne seraient pas admissibles dans un procès et dont la véracité n’est pas établie.
  • La personne ne peut contester cette « preuve » dans le cadre d’un procès juste et équitable.
  • Une personne peut être maintenue en prison ou en liberté surveillée indéfiniment sans procès.
  • La personne peut être renvoyée vers la torture.
  • Il n’y a pas de droit d’appel.

Pour plus d’information consultez : Les certificats de sécurité (Disponible en version imprimée au siège social de la Ligue)
La Ligue des droits et libertés demande :

  • L’abolition, dans la Loi de l’immigration et de la protection des réfugiés, de la procédure des certificats de sécurité.
  • L‘abolition des preuves secrètes et que les règles de preuve dans les cas de sécurité nationale soient les mêmes que celles du droit criminel.
  • Le droit de toute personne à ne pas être privée de sa liberté sans connaître les accusations qui pèsent contre elle et sans avoir la possibilité d’y répondre dans le cadre d’une procédure judiciaire juste et équitable.
  • Que le Canada s’engage à respecter la Convention contre la torture et à ne jamais envoyer une personne vers une destination où elle risque la torture ou de subir des traitements cruels inhumains et dégradants.
7 mars 2008
94 KB
Lettre à la ministre Courchesne : examen de la demande d’autorisation d’enseigner de monsieur Adil CHARKAOUI

11 février 2008
137 KB
Projet de loi C-3 (certificats de sécurité)

1 février 2008
24 KB
Lettre au Devoir : Certificats de sécurité : quand le secret de la preuve facilite la manipulation

23 janvier 2008
145 KB
140 KB
Campagne de lettres d’appui : Certificats de sécurité (projet de loi C-3)

1 janvier 2008
577 KB
Les certificats de sécurité

14 décembre 2007
189 KB
La FIDH appuie la demande de protection

1 février 2007
24 KB
24 KB
Lettre à Stockwell Day : conditions de détention – certificats de sécurité

27 mai 2003
27 KB
90 KB
70 KB
Version anglaise
Le cas Charkaoui : Une procédure contraire aux règles de justice fondamentale

Conception: Coopérative Molotov