Introduction

Pas de piqûre? Pas de travail!

L’obligation de vaccination entraîne des enjeux d’équité pour certaines catégories de travailleurs et de travailleuses. D’autres avenues doivent être explorées nous dit le militant des droits humains, Arnold Aberman, médecin à Beauharnois.

Pas de piqûre? Pas de travail!

Un carnet rédigé par Arnold Aberman, médecin à Beauharnois et militant des droits humains

Cette tribune permet d’aborder des sujets d’actualité qui sont en lien avec les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels au Québec, au Canada ou ailleurs dans le monde. Les carnets sont rédigés par des militant-e-s des droits humains et n’engagent que leurs auteurs et autrices. 


La littérature scientifique est claire : les vaccins contre la COVID-19 approuvés réduisent l’infection, la gravité et la mortalité. Les raisons de se faire vacciner sont aussi claires : se protéger et protéger ses collègues, protéger celles et ceux que l’on aime, protéger celles et ceux qui sont immunodéprimé-e-s, celles et ceux pour qui le vaccin est contre-indiqué et celles et ceux qui ne se feront pas vacciner; mais est-ce que rendre obligatoire la vaccination est la marche à suivre?

L’obligation de vaccination des travailleuses et travailleurs de la santé

Le gouvernement du Québec a récemment confirmé, par décret, que les travailleuses et travailleurs de la santé (TTdS) seront tenu-e-s de démontrer qu’ils et elles sont adéquatement protégé-e-s contre la COVID-19. Le refus de vaccination entraînera un congé sans solde. Les TTdS ont donc le droit de refuser une vaccination, mais n’ont pas le droit de travailler.

Cette décision a été confirmée a posteriori par le Comité d’éthique de santé publique (CESP). Leurs analyses reposaient sur des considérations éthiques (principe de précaution), principalement celle de protéger les usagers et usagères, avec peu de références à la littérature scientifique concernant les solutions alternatives aux congés sans solde.

L’efficacité du vaccin obligatoire

Cette décision a probablement aussi été influencée par un récent document de sept associations médicales aux États-Unis, dirigé par SHEA (la Society for Healthcare Epidemiology of America). Ce document « recommande que la vaccination contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) soit une condition d’emploi pour tout le personnel de santé dans les établissements aux États-Unis » (traduction). Cette position est en accord avec une position similaire prise en 2010 concernant le vaccin contre la grippe H1N1. Dans ce document, SHEA résume la sécurité et l’efficacité du vaccin COVID-19, mais n’ajoute pas de nouvelles informations sur l’efficacité de la vaccination obligatoire autres que celles documentées en 2010.

Quelles alternatives à la vaccination obligatoire?

La position du SHEA de 2010 a été critiquée par Michael B. Edmond pour ne présenter « aucune preuve de haut niveau pour soutenir (sa) recommandation » (traduction), pour être trop sévère et ne pas rechercher d’alternatives à la diminution de la transmission dans les hôpitaux. La proposition alternative d’Edmond était de réduire le « présentéisme », soit le contraire de l’absentéisme. Le présentéisme est défini comme le fait de travailler en étant malade. Dans une étude citée par Edmond, le présentéisme était répandu chez 63 % des médecins et 47 % des infirmières. L’auteur a montré qu’en réduisant le présentéisme de 2 à 10 %, l’institution peut obtenir des résultats de réduction de l’incidence des syndromes grippaux similaires à ceux obtenus en imposant la vaccination obligatoire et en atteignant 98 % de taux de vaccination contre la grippe parmi les TTdS. Cela signifie qu’en ayant recours uniquement à des mesures préventives de base comme ne pas aller travailler en cas de maladie et valoriser la vaccination volontaire, nous pouvons réduire la transmission des virus respiratoires dans les établissements de santé.

Un champion pour contenir l’apparition,
pas autant pour prévenir l’infection et la transmission

Du point de vue des TTdS en milieu hospitalier, la protection d’elles/eux-mêmes, de leurs collègues, de leurs familles et des patients ainsi que la prévention de la surcharge du système de santé est primordiale. La vaccination, bien que fondamentale, n’est pas une panacée. Une étude récente du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) portant sur l’efficacité vaccinale ajustée (EV) chez les premiers et premières répondant-e-s et d’autres membres du personnel de première ligne, répartis sur huit sites dans six états américains, indique que l’EV pendant la période de prédominance du variant Delta était de 66 % contre 91 % durant la prédominance du variant Alpha. Une deuxième étude de l’University of California San Diego Health (UCSDH) a confirmé un EV de 65,5 % chez les TTdS. Cela signifie que la vaccination est très efficace pour prévenir l’apparition de maladie grave, mais beaucoup moins efficace pour prévenir l’infection et réduire sa plus que probable transmission. De même, rendre obligatoire la vaccination des TTdS peut avoir des effets paradoxaux. Une étude britannique suggère que le fait que les TTdS se sentent obligé-e-s de se faire vacciner peut provoquer une diminution de taux de vaccination. Un autre effet est la croyance généralisée que maintenant que nous sommes vacciné-e-s, nous pouvons nous conformer moins aux interventions non pharmaceutiques telles que le port du masque et la réduction des contacts sociaux.

Les effets pervers de l’obligation de vaccination

La vaccination obligatoire peut également avoir des conséquences perverses. Ce que nous savons sur les vaccins obligatoires provient principalement d’études sur la vaccination des enfants. Un examen particulier a porté sur l’efficacité, l’éthique et les conséquences négatives de l’obligation de vaccination. Les effets pervers relevés étant : des exemptions médicales accrues; une hésitation accrue pour les vaccins non obligatoires; les coûts liés à l’obligation provenant du budget de la santé publique qui réduisent ainsi le financement d’autres programmes, et bien sûr le recours à l’obligation de vaccination pour de futures actions controversées comme solution rapide. Une de leurs conclusions : « D’autres interventions peuvent être plus efficaces et moins intrusives qu’obligatoires » (traduction). ( N.E. MacDonald et al.)

Des enjeux d’équité pour certaines catégories de travailleurs

Des problèmes de société existent, pour lesquels la vaccination obligatoire n’est pas la solution. L’équité, le racisme et la xénophobie sont des problèmes omniprésents qui ont été mis en évidence pendant la pandémie. Dans un article du Royaume-Uni précédemment cité, il a été montré que parmi les TTdS, « les participant-e-s afro-britanniques étaient plus susceptibles de ne pas se voir proposer et plus susceptibles d’avoir refusé la vaccination contre la COVID-19. Les raisons du refus de la vaccination parmi les participant-e-s afro-britanniques comprenaient la méfiance à l’égard de la vaccination contre la COVID-19, des prestataires de soins de santé et des décideurs et décideuses » (traduction). Selon le CESP, la situation au Québec est similaire : « La mesure soulève également des enjeux d’équité pour les catégories de travailleurs où les taux de vaccination sont les plus faibles… ils sont plus souvent occupés par des personnes issues de groupes moins favorisés, comme le sont certains préposés aux bénéficiaires des RPA ».

La prise de position de la SHEA indique que si l’établissement ne peut pas atteindre une couverture vaccinale de 90 % dans les trois mois suivant l’implantation de l’obligation de vaccination, « l’établissement devrait mettre en œuvre une politique exigeant la vaccination contre la COVID-19 comme condition d’emploi » (traduction). En date du 30 septembre 2021, 91,4 % des TTdS au Québec étaient adéquatement vacciné-e-s. Nous avons obtenu la couverture adéquate proposée par SHEA. Qu’est-ce qui motive alors un gouvernement qui met en place une politique coercitive inutile?

L’imagination limitée du capitalisme

Ce que souligne la position du gouvernement du Québec, c’est l’imagination limitée du capitalisme. Lorsque leur principal outil est la répression, les solutions sont forcément coercitives : couvre-feu, état d’urgence sanitaire et, désormais, vaccination obligatoire. Des décisions qui ont systématiquement et de manière disproportionnée un effet négatif sur les populations marginalisées. La prise de position du SHEA leur donne la crédibilité et les arguments pour mettre en place cette mesure répressive : « un individu a le droit de refuser la vaccination mais n’a pas un droit à un travail en particulier » (traduction). Quand l’alternative aboutit au chômage, quel choix avons-nous!

Pour des mesures efficaces

Quelles solutions avons-nous pour nous permettre de fonctionner de façon sécuritaire sans la vaccination obligatoire? Vaccination volontaire en association avec : port d’un masque approprié par toutes les personnes concernées (du nez au menton), congés de maladie payés, réduction des contacts sociaux, optimisation des systèmes de ventilation (changements d’air adéquats par heure, systèmes de ventilation/filtration HEPA portables) et tests rapides et accessibles sur une base régulière (deux à trois fois par semaine chez les TTdS vacciné-e-s et non-vacciné-e-s). Pour éviter la surcharge du secteur de la santé, le réinvestissement et la résolution du problème de pénurie de personnel soignant (en particulier le personnel infirmier) sont nécessaires.

Le droit au travail

Le travail est un droit inaliénable, inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (article 23.1). Ainsi, une réponse appropriée en cas de refus d’un employé de se faire vacciner serait un congé payé jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Pendant la pandémie de COVID-19, la solidarité sociale (en partie, la volonté mutuelle de protéger la collectivité par la vaccination volontaire) et le respect des droits humains vont de pair.


Références

CDC, Key Things to Know About COVID-19 Vaccines, Updated Aug. 19, 2021

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/keythingstoknow.html

Weber, D. et al., (2021). Multisociety statement on coronavirus disease 2019 (COVID-19) vaccination as a condition of employment for healthcare personnel. Infection Control & Hospital Epidemiology, 1-9. doi:10.1017/ice.2021.322

Mandatory Flu Vaccine for Healthcare Workers: Not Worthwhile; Michael B. Edmond, Open Forum Infectious Diseases 2019. Published by Oxford University Press on behalf of Infectious Diseases Society of America.

Open Forum Infect Dis 2019 Apr 17;6(4)

Effectiveness of COVID19 Vaccines in Preventing SARS-CoV-2 Infection Among Frontline Workers Before and During B.1.617.2 (Delta) Variant Predominance- Eight U.S. Locations, December 2020-August 2021; Ashley Fowlkes, ScD et al, MMWR August 24,2021

Resurgence of SARS-CoV-2 Infection in a Highly Vaccinated Health System Workforce; This article was published on September 1, 2021, and updated on September 3, 2021, at NEJM.org.; DOI: 10.1056/NEJMc2112981

Outbreak of SARS-CoV-2 Infections, Including COVID-19 Vaccine Breakthrough Infections, Associated with Large Public Gatherings — Barnstable County, Massachusetts, July 202; MMWR July 30th 2021

Bell, Sadie et al.; COVID-19 vaccination beliefs, attitudes, and behaviours among health and social care workers in the UK: a mixed-methods study. medRxiv (not peer-reviewed) (2021) doi:10.1101/2021.04.23.21255971.

Mandatory infant & childhood immunization: Rationales, issues and   knowledge gaps; N.E. MacDonald et al. Vaccine 36 (2018) 5811–5818

CESP :Mise à jour de l’avis sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé contre la COVID-19

https://www.inspq.qc.ca/publications/3166-avis-cesp-vaccination-obligatoire-travailleurs-sante-covid-19

Données de vaccination contre la COVID-19 au Québec; https://mobile.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/vaccination

Updated the 3rd of September, 2021

Trends in County-Level COVID-19 Incidence in Counties With and Without a Mask Mandate – Kansas, June 1- August 23, 2020; MMWR November 20th, 2020

Ranking the effectiveness of worldwide COVID-19 government interventions; Nils Haug et al; Nature Human Behaviour | VOL 4 | December 2020 | 1303–1312 | www.nature.com/nathumbehav

Science Table COVID-19 advisory for Ontario: Update on COVID-19 Projections, Science Advisory and Modelling Consensus Tables, (September 1, 2021)

CDC Ventilation in Buildings; https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/community/ventilation.html

Test sensitivity is secondary to frequency and turnaround time for COVID-19 surveillance; Daniel B. Larremore et al., doi: https://doi.org/10.1101/2020.06.22.20136309;

UDHR, Article 23:1. Everyone has the right to work, to free choice of employment, to just and favourable conditions of work and to protection against unemployment.  https://www.un.org/en/about-us/universal-declaration-of-human-rights